10/09/2006

Petit poème en passant

Une amie m'a demandé un poème,

C'est fou, mais oui, il paraît qu'elle les aime,

Mais de quoi dois-je parler?

Et que puis-je oublier?

Dois-je parler de malheur?

Puis-je m'emplir de bonheur?

En fait, je vois qu'elle est triste,

Donc, je serai optimiste,

 

La vie, la vraie, est en nous,

Et souvent, que voyez-vous?

De pleurs, des heurs, des horreurs,

On oublie que font les fleurs:  

Nous apporter un espoir,

D'entendre, de sentir, de voir,

Tout ce qui vit et nourrit

Les enfants purs de la vie

Que nous sommes,

Nous les hommes.

 

Et, oui, nous, les êtres humains,

assurons des lendemains

Qui chantent, qui dansent

Qui parlent, qui pensent,

Mais qui tous les jours,

nous rappellent l'amour.

 

Cette vie nous est offerte et, donc, nous appartient,

A toi d'assurer seul ou non son lendemain.  

21:20 Écrit par Pascal Neyman dans C'est mon jardin plus très secret | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : poeme, en passant |  Facebook |