25/04/2007

Comment j'ai conçu le jardin

Souvenez-vous:

 

Au départ, j'ai placé la haie de hêtre (largement mangée par les campagnols - voir mon post à ce sujet - soyez donc vigilants).

 

Vue lointaine de la haie

 

Puis j'ai imaginé l'emplacement de la plate-bande. J'y ai d'abord placé, dans l'attente de trouver toutes les plantes, les plants que je possédais, plic ploc, sans réel soucis d'homogénéité.  

 

Jardin Août 06 005

 

 

Avec un potager (petit) à droite.

 

 

Jardin Août 06 004

 

Puis, avant cet hiver, j'ai conçu l'emplacement définitif (?) de la plate-bande pour y accueillir les nouvelles plantes au jardin.

 

Côté gauche
Côté droit

 

L'occasion pour moi de vous présenter, avant le plan photo final et fleuri, les plantes choisies pour ce coin de plaisir.

Petit commentaire: à gauche, la partie "crasses" où je place les pierres qui me restent, le pseudo-compost, ... Le tout est séparé par une haie de charme.

Ensuite, pour continuer à partir de la gauche, une coin plate-bande.

Enfin, à droite, le potager.

Séparant le potager du reste du jardin, une bande de terre qui accueillera les groseilliers et framboisiers, tenus par une cloture de châtaignier.  

 

 

24/04/2007

Des mûres, des framboises et des groseilles

Plic ploc, voici les quelques arbrisseaux plantés pour obtenir de bons petits fruits à la belle saison.

Un mûrier: Mora dei giardini, maturité août-octobre.

Des framboisiers: Lampone Rosso (Rubus Idaeus - juin/juillet - rouges), Rubus Idaeus "Golden Everest" (Jaune), Lampone Malling Promise Giallo (Jaune), idem rouge.

Un cassissier.

 

Vivement les beaux jours qu'on voit si tout a repris.  

Un cerisier du Japon??

Autre petit arbre planté à l'automne un Prunus Serrulata Amanogawa. Kesako?

Simplement un cerisier du Japon. Mais pas celui rencontré dans les cités résidentielles. S'il offre des fleurs similaires, son port est par contre colonnaire, en colonne.

Nous l'avons choisi pour cette raison car nous voulions couvrir le coin de la plate-bande avec un arbre assez haut mais qui ne mangerait pas tout l'espace.

Prunus amanogawa 1

 

Cet arbre pousse à une hauteur de 3-4 m et reste d'une largeur de 80 cm à 1 m. Idéal pour couvrir un coin de fleur sans perdre le reste de la plate-bande. Sa floraison est printanière et très visible. Je l'ai entouré d'un hortensia (floraison fin été - automne) et d'un hibiscus (ketmie - floraison fin été). Pourtant, les bouquins le conseille en isolé. Tant pis, je n'arrive pas à suivre tous ces conseils.

La photo précédente était issue d'Internet. Mais, vu le beau temps que nous avons et le magnifique exemplaire que j'ai pu acheter, je suis déjà en mesure de vous présenter une photo de mon jardin.

 

Prunus Amanogawa 2

 

 

 

22/04/2007

Un Liquidambar

Chose promise, chose due. Mais avant de vous présenter toutes les plantes que j'ai apportées à mon jardin ces derniers jours, je me dois de réparer un oubli. Un magnifique arbre que j'ai planté en automne et qui montre aujourd'hui ses premières feuilles.

Il s'agit d'un Liquidambar Styraciflua Gumball.

"Originaire du Tennessee aux Etats Unis, ce copalme a la particularité d’avoir une croissance lente, un port compact en boule et une taille qui ne dépassera pas deux mètres. Il conserve de l’espèce de taille normale  les propriétés suivantes: la coloration orangée et pourprée de son feuillage caduc, alterné et découpé, coloration qui nécessite une bonne exposition à la lumière et qui intervient tard dans la saison.

Greffé sur pied il garde sa forme arbustive ; les sujets greffés en tête permettent à tous les petits jardins de s’orner d’un joli liquidambar. A cultiver comme le type dans un sol neutre à acide, frais et exposé au soleil." (description tirée du site http://www.domaine-de-courson.fr/s/197-Merites-de-l-Autom...).

En synthèse, cette arbre, en boule, offre un feuillage s'apparentant à l'érable et des couleurs magnifiques à l'automne.

Une petite photo.

 

Liquidambar

 

 

02/12/2006

Des couleurs d'hiver

J'ai voulu également donner de la couleur au jardin en hiver. J'ai cherché ce qui pouvait égayer le jardin de ses couleurs. Bien évidemment, j'ai déjà la haie de hêtres. Mais je parle maintenant de mes plates-bandes.

 

A côté des framboisiers (voir plus haut), j'ai donc placé un Hamamelis. Pour être complet: Hamamelis intermedia Diane.

 

Cet arbre se couvre de petites fleurs flamboyantes en hiver (février).

 

Hamamelis2

 

Il offre également l'avantage de présenter un feuillage magnifique en automne.

 

Hamamelis3

 

Son port est assez large. D'une hauteur de 2,5 m maximum, il présente néanmoins un diamètre de 1,5 à 2 m.

 

Hamamelis1

Hamamelis4

 

Des couleurs d'automne

Sur le côté de la maison, aux côtés du Photinia Fraseri Red Robin qui donne de belles couleurs aux printemps - été, j'ai voulu donner une touche de rouge intense en plaçant un fusain ailé.

Nom latin : euonymus alatus.

 

D'un feuillage commun en période d'été, il se couvre d'un rouge intense au début de l'automne. Pour ma part, dans l'état de mes connaissances, un rouge inimitable.

 

Fusain ailé 3

 

De plus près:

 

Fusain ailé 1

 

Revers de la médaille, son aspect d'hiver est spécial, voire laid et lui donne son nom "ailé":

 

Fusain ailé 2

 

Bien entendu, les photos de la plante que j'ai achetée vous seront proposées l'année prochaine (il faut qu'il pousse quand même). Toutes ces photos sont tirées d'Internet.

N'oublions pas les classiques

Règle d'or au sein du jardin: rester en accord avec l'environnement. Ce qui signifie donc pour nous que nous mettons la priorité sur des arbres et arbustes indigènes.

 

Lilas1

 

Classique de nos régions: le lilas commun. J'ai choisi la couleur lavande, soit un modèle Michel Buchner. En latin: Syringa Vulgaris Michel Buchner.

 

Ce lilas est bien fleuri en mai - juin et dégage une bonne odeur. Il mesure 3 à 4 mètres.

 

Il peut être taillé après la floraison (les branches qui ont fleuri).

Un cytise

Premier arbre à être passé en revue: le cytise.

 

Cytise1

 

 

Cytise2

 

 

Cytise3

 

En d'autres mots: pluie d'or. En latin: Laburnum wat. Vossii.

Cet arbre arrive à une hauteur de 5 m. Il se couvre d'or (grappes jaunes longues) en mai - juin. Ses feuilles sont caduques.

A part ses grappes d'or, l'arbre a un intérêt pour son feuillage, assez léger.

Pour notre part, vous verrez la photo plus loin, nous l'avons placé au fond du jardin, en arrière plan. J'ai tenté de l'intégrer à la haie plutôt que le placer isolé comme tout le monde me le conseille.

Nous verrons ce que ça donne?!?

 

Le jardin se développe

Voilà, la période idéale est arrivée pour planter. On est passé Ste-Catherine et les températures baissent.

J'ai replanté mes bulbes de tulipes et je vais bientôt planter les crocus et les hyacinthes.

Mais ce qui me plaît le plus, c'est d'avoir enfin planté mes arbres et les arbustes. Voici une présentation de tout ce que j'ai eu le plaisir de mettre en place.

15/10/2006

Dernière touche au jardin

Enfin, aujourd'hui, profitant une nouvelle fois de cet été indien, j'ai commencé l'aménagement de la nouvelle plate-bande:

 

Promenade

 

L'idée est de placer une clôture entre le potager et le reste du jardin pour délimiter ces deux espaces de vie. Cette clôture sera agrémentée, d'un côté, par des framboisiers et, de l'autre, de fleurs annuelles.

 

A gauche, une plate-bande pour rejoindre la précédente.

Dernières douceurs d'automne

Dans la prolongation de cette magnifique promenade, j'en ai profité pour saisir les dernières photos ensoleillées du jardin.

 

Promenade 010

 

Les gaillardes de la plate-bande latérale.

 

Promenade 011

 

La vue générale du potager.

 

Promenade 012

 

Les lavandes du potager.

 

Promenade 013

 

Le sedum.

 

Promenade 014

 

Le rosier "Grand Siècle".

10/09/2006

Mes fleurs se présentent à vous

Je vous avais promis des photos de mes onagres. En voici, en pleine forme. En un an, elles ont doublé voire triplé. La floraison se fait surtout le soir et le matin. Elle perdure la journée s'il fait frais. L'autre jour, il faisait chaud (plus de 25 °), elles se sont flétries.

 

 

Je profite également de ce post pour vous montrer mes rudbekias, acquis cette année. En pleine forme également.

 

 

02/09/2006

Nettoyage des bulbes

Si vous remontez à quelques pages dans mon blog, vous découvrirez les magnifiques tulipes que j'avais obtenues au printemps dans mon parterre.

Après la floraison, je m'étais demandé si je devais laisser les bulbes en terre ou non. Ignorant de la chose, j'ai posé la question à un jardinier qui m'a conseillé de les retirer et de les laisser sécher pendant la belle saison dans ma cave. En effet, si le laissais les bulbes, ils allaient dégénérer après 3 - 4 ans. Chaque bulbe a tendance a former des plus petits bulbes qui épuisent le bulbe principal. Au lieu des belles tulipes au haut port que j'avais pour l'instant, j'allais obtenir des tulipes basiques, assez petites et sans éclat. Il était même probable que je n'obtienne plus de fleurs à la longue. En un mot, elles allaient redevenir sauvages en quelque sorte.

Je n'ai donc pas hésité et, pour garder les variétés que j'ai achetées, j'ai tout déterré pour les mettre en cave.

 

Donc, aujourd'hui, j'ai tout ressorti. Tout était sec. Chaque bulbe avait en effet créé des petits bulbes ou cayeux. J'ai tout détaché et séparé les gros bulbes des petits. Ceux-ci seront placés dans un espace à part car, logiquement, ils ne fleuriront pas cette année. Ils doivent en effet prendre des forces.

 

Toute cette opération n'est pas obligatoire. Mais alors, n'oubliez surtout pas de diviser ces touffes après 3 - 4 ans, sous peine de la dégénérescence que j'évoquais tantôt.

Fin septembre, je replante le tout.  

18/08/2006

Un bel hortensia

Allez! pour finir un bel hortensia pris en photo il y trois semaines (vous savez, en ces temps où nous avions trop chaud, c'est loin non?).

 

 

19:23 Écrit par Pascal Neyman dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evolution du jardin |  Facebook |

Mais tout n'est pas fini

Mais le reste du jardin va bien, heureusement. J'ai toujours une plate-bande "d'attente" où sont entreposés des plantes qui viendront trouver place dans la plate-bande définitive. Derrière, la haie, partie épargnée, qui pousse magnifiquement.

 

 

La fleur en premier plant est un rosier de collection (Grand Siècle). Nous lui trouverons une place de choix.

19:21 Écrit par Pascal Neyman dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evolution du jardin |  Facebook |

Ah! ces campagnols

Autant vous dire que cet été, j'ai ragé. Après avoir bien planté ma haie en automne et alors que je désirais que tous mes plants reprennent, j'ai vite déchanté: une famille de campagnols (appelés aussi "quatre-dents" ou rattes dans ma région) prenait un malin plaisir à manger les racines de ces jeunes arbustes.

Résultats: une vingtaine de plants foutus. Heureusement, mais malheureusement pour ces bêtes, j'ai utilisé des appâts qui, touchons du bois, semblent m'en avoir débarrassé pour l'instant.

 

Enfin, en attendant, regardez le résultat:

 

 
Imaginez qu'entre les bois se trouvaient des plans et que les arbustes bruns sont de nouveaux morts.

19:15 Écrit par Pascal Neyman dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evolution du jardin |  Facebook |

01/08/2006

Une autre vue

 

De plus près, une vue du résultat.

 

Et une autre

 

 

19:39 Écrit par Pascal Neyman dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : evolution du jardin |  Facebook |

Mon petit potager

Comme promis voici des photos de mon petit jardin qui, je l'espère deviendra grand.

 

Pour commencer, une vue générale du potager. J'ai souhaité comblé le coin droit pour prolonger la haie par un jardin naturel.

 

 

Certes, rien de bien extraordinaire. Pour reprendre les termes d'une de mes voisines, elle appellait ça un machin tellement il était petit. Peu m'importe. L'important pour moi était d'avoir un petit coin où je pouvais voir des plantes pousser.

J'ai voulu ne pas faire de ce potager une contrainte. Dès lors, je l'ai divisé en cinq "planches" (voir la rubrique dans mon blog quelques mois plus tôt) et ai attribué deux de celles-ci à deux de mes enfants. Quelle joie pour eux. Ils y ont planté ce qu'ils aimaient et trouvaient: tournesol, maïs, basilic, radis, carottes, ... Autant vous dire que quand on est revenus de vacances et que tout avait grandi grâce au bon temps, il étaient aux anges.

Pour ma partie, j'y ai planté des courgettes jaunes et rondes et les ai entouré de lavande, tournesols et persils. Dans une autre planche, j'ai placé des navets que je récolterai bientôt.

19:38 Écrit par Pascal Neyman dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : evolution du jardin |  Facebook |

10/05/2006

Et enfin la diervillée

Quel plaisir. Après m'être contenté des images Internet, voilà que je découvre cette plante en pleine réalité. Vivement qu'elle pousse et offre toute sa plendeur.

 

 

22:33 Écrit par Pascal Neyman | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evolution du jardin |  Facebook |

Encore nos tulipes

Cette autre vue me détaille la beauté de la fleur. Et pourtant, il est difficile de tout restituer tellement les couleurs me semblent belles.

 

 

22:32 Écrit par Pascal Neyman | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evolution du jardin |  Facebook |

Enfin des photos

Je les attendais depuis longtemps. Les tulipes sont enfin apparues. Parmi ces tulipes, des jonquilles, la diervillée. Bref, tout va bien.

 

 

Cette vue d'ensemble me plaît particulièrement parce qu'on peut y percevoir l'ensemble de couleurs que nous avons vuolu faire naître.

22:29 Écrit par Pascal Neyman | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evolution du jardin |  Facebook |

02/04/2006

Ls voilà, enfin

Ils sont là. Les bulbes sortent et les narcisses et bulbes laissent voir leurs premières poussent. L'espoir renaît. Vive le soleil et ses rayons éclairant la couleur de ces fleurs source de vie et d'espoir.

 

 

20:25 Écrit par Pascal Neyman | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : evolution du jardin |  Facebook |

11/03/2006

Les bulbes se déclarent

Ca y est. J'ai vaincu la pluie ce matin pour ausculter la petite partie de jardin que j'ai déjà plantée. Résultat: oui, les bulbes sortent. Et bien et en nombre. Ils ont déjà deux à trois centimètres.

Vivement dans deux ou trois semaines, tous les bourgeons seront alors visibles.

Euh, j'ai vaincu la pluie pour les voir mais j'ai pas trop envie d'y retourner pour une photo. Alors, voici une belle coupe scientifique, a défaut de mieux.

 

 

 

Oui, bon, je sais les photos c'est mieux mais il pleut vraiment beaucoup.

09:05 Écrit par Pascal Neyman | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : evolution du jardin, notions d amateur |  Facebook |

05/03/2006

Hêtre ou charme?

 

 

Lorsque j'ai réfléchi à ma haie, j'hésitais entre le charme et le hêtre. Beaucoup me parlaient de charmilles, soit un ensemble de charmes qui étaient magnifiques. Mes interlocuteurs ou ce que je lisais semblaient ma faire comprendre que le charme était plus "noble". Et en effet, lorsque je visite des jardins d'architecte ou de château, je constate que le charme est généralisé et le hêtre délaissé.

Pffff, dois-je m'arrêter à ça? Certainement pas. J'ai donc regardé ce qui me plaisait le mieux.

Le port des deux arbres est similaire. Si ce n'est que le charme peut donner des haies plus fines (j'ai vu des haies de charme de 20 cm de largeur!). Or, le hêtre donne une haie d'environ 60 à 80 cm au minimum. Mais à part ça, c'est semblable.

Quelle différence donc? En fait, au départ, je ne voyais pas. Puis je me suis penché sur les feuilles. C'est flagrant à ce moment là. Le charme est pointu, rugueux mais fin. Le hêtre est doux mais plus gros.

 

 

Pour retenir cette différence fondamentale, j'ai trouvé une phrase aux étangs de Virelles (Chimay: à aller voir absolument dans les beaux jours notamment pour son observation des oiseaux et sa balade dans les arbres sur des planches - j'y reviendrai un autre jour dans un autre courrier) qui permet de retenir cette différence fondamentale:

LE CHARME D'ADAM C'EST D'ETRE A POIL

Explication pour ceux qui n'auraient pas compris: le charme a des dents et le hêtre a des poils.

 

Autre différence fondamentale: le hêtre est marcescent. Cela signifie que ses feuilles ne tombent pas mais se déssèchent sur l'arbre en attendant les nouvelles feuilles. Par conséquent, votre haie est toujours bien portante tout en vivant quand même (je déteste les sapins car ils ne bougent jamais et ne vivent donc pas dans mon esprit). Votre haie se couvre d'une belle couleur pourpre donnant un arrière fond magnifique. Le charme est également marcescent mais beaucoup moins. En outre, sa couleur est moins rouge, plus brune, plus terne, plus morne.

 

Vous qui avez l'occasion de vous promener ces jours-ci dans la nature, observez ces couleurs. Vous m'en direz des nouvelles!

Profitez également de vos futures balades estivales pour observer les feuilles. Vous verrez, c'est flagrant. Pour ceux qui ne connaissent pas, allez au domaine de Chevetogne. Les deux specimens sont rassemblés quasi au même endroit.

10:23 Écrit par Pascal Neyman | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : evolution du jardin, notions d amateur |  Facebook |

Chantier fini ... retournons au jardin

Voilà notre chantier "maison" est fini. Plus que quelques murs à tapisser et tout sera net. En attendant, il fait un soleil magnifique ce matin. Il rebondit sur la neige et je m'aperçois que le printemps n'est pas loin.

A ce propos, on dit toujours qu'il faut tondre sa pelouse du 15 mars au 15 octobre.

Imaginez cette neige qui couvre mon jardin (il est tout blanc!). Me voyez-vous tondre dans 10 jours???

Moi non en tout cas mais ce n'est pas grave car nous avons un hiver magnifique cette année. Il pleut juste ce qu'il faut (ou un peu peu) et il fait très froid. Dommage pour notre facture mazout mais chouette car tous ces petits insectes nuisibles seront enfin éliminés après de nombreuses années d'hivers trop cléments.

10:07 Écrit par Pascal Neyman | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evolution du jardin |  Facebook |

19/02/2006

Ma haie

Souvenez-vous, au début de mon blog, je vous présentais le travail pour mettre en place ma haie. A l'époque, je débutais, ne connaissais pas toutes les fonctionnalités et Skynet était moins facile que maintenant. Alors, voilà, alors que dans quelques semaines, j'aurai l'occasion de vous montrer les photos de la renaissance du jardin, voici en attendant les photos du travail de tranchée que j'avais effectué au mois de novembre.

 

 

 

Et voici le résultat

 

 

 

Vivement le printemps que je puisse voir ce qui a tenu.

08:54 Écrit par Pascal Neyman | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : evolution du jardin |  Facebook |