25/01/2006

Dieu que l'attente est longue

 
 
Oui, je t'attend

Toi mon soleil

Pour que tu réveilles

le plant latent

J'attends me promener

Avec mes enfants

Heureux, sereinement

parmi mes groseilliers

Il n'est pas une heure

où je ne souhaite

faire la fête

et faire leur bonheur

 

Vivement l'été

le soleil, les amis

pour être parmi

mes êtres aimés

 

Tu me manques

toi le soleil

toi la chaleur

toi la vie

je ne manquerai pas

d'être pareil

plein de saveur

et épanoui

 

A bientôt

23:04 Écrit par Pascal Neyman | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.